• La réunion du MCBTP ou Les cols des fans

    En cette fin de printemps, mais oui, mais oui, certains membres éminents  présents à la réunion du moto club ont vu le loup, le renard et la Bonnette (non pas de douche ou de nuit mais c’est  bien le nom du col qui vous fera peut être rêver un jour sur la route des alpes bande d’ignares… à la seule condition de ne pas confondre adhérent à un moto club et « scotché »  à la maison en refaisant la sortie du col de l’utérus en passant par  Seyssins).

    Bref, hier au soir, que la St Valentin me paraissait loin, jour béni (excusez moi d’afficher des idées cléricales) ou l’on remplaçait, auprès de notre dulcinée, les motos par mots doux afin de s’éviter d’offrir une rose à qui on va immanquablement couper la queue. (Ne faite pas aux truies ce qui ne vous mènerait pas à bon port, me disait mon charcutier). L’heure était à l’attaque, les culbuteurs en tête (aucun rapport de boite à vitesse avec toi mon bull …) prêt à ce jeter dans l’ascension des cols qui était notre sujet principal comme d’autres se jettent sur le  pont du même nom.

    Bien sûr, je sors du cadre de la distribution classique des pièces détachées perdues, réservé aux colonnes de notre direction, pour pallier, dans la série des compteurs et des compte-tours, aux bielles virées,  maintes fois racontés par de vils brodequins en marche vers  les cols en lacés (deux par deux à moins que notre motard ne fut célibataire). Et dans cette vie qui manque parfois de selle (de celles qu’ils n’ont pas eu évidement..), guidons notre réflexion vers ces poignées d’amour, si chair et tendre, et profitons en pour assoire notre pensée sur l’essence même de notre vie de motard. Chassé l’ordinaire, il revient en moto équipé de cervelles sans plomb mais pas sans esprit. Notre passion est donc un réservoir inépuisable, qui cache notre bobine quand le chat dort au fil de nos balades. (voir éditos n°1 pour ceux qui n’auraient pas suivi)

    Et, ne fut il pas beau notre vice président, qui face ONU, et pile devant cette  foule de fidèles s’écria «  l’adhérent, Irak ou Iran sa carte ». Comme on dit à Lédenom, Nimois, n’y toi n’avions jamais vu çà. Du coup je suis reparti en Golf persique, non sans avoir partagé un frugal repas entre pôtes et Poto car toutes ces sorties à la carte m’avaient ouvert l’appétit. C’est donc, avec des corps ordonnés que nous nous sommes inscrits aux différentes activités proposées par le MCBTP (Des fois que vous n’auriez pas vu le petit mais sage…)

     

    Deux  amortisseurs de mauvaises nouvelles valant mieux qu’une grosse gamelle, méditez enfin sur cette maxime : en ces temps de pluie, le corp sait que seul le carré nage !

     

    Bonne route à tous.

     

    PS : et si avec çà vous ne venez pas aux réunions…je ne sais plus quoi vous dire…


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :